Mar 26, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Pourquoi avoir recours à un Chasseur immobilier ?

Pourquoi avoir recours à un Chasseur immobilier ?

Pourquoi avoir recours à un Chasseur immobilier ?

Selon les avis d’un professionnel du secteur déléguer la recherche d’un bien immobilier à un bon chasseur de bien est très utile surtout avec le marché qui est assez tendu et la pénurie des biens de qualité en France. En outre, un dénicheur de bien tel que Homelike Home, ne se contente pas seulement à recherche le bien idéal, il est très utile aussi durant la phase de négociation et de fixation du prix du bien.
En effet, la connaissance du secteur et des prix selon l’emplacement dont bénéficie le chasseur du bien, est un réel atout pour le futur acquéreur. Ayant une rémunération qui est la même qu’un agent immobilier, le chasseur immobilier Paris ou Bordeaux ne se préoccupe que des intérêts de l’acheteur, contrairement aux agents immobiliers.

Comment gérer les risques ?

 

Acquérir un nouveau bien est un projet qui peut être assez compliqué et qui exige le plus souvent une certaine technicité et de l’expérience afin de pouvoir prendre la bonne décision. C’est pour cette raison que la vérification des biens est une étape primordiale afin d’éviter les mauvaises surprises après l’achat comme les problèmes de plomberie, d’humidité ou d’amiante. En outre, certaines découvertes dans des PV d’assemblées générales de copropriétés ou en discutant avec le syndic ou dans des diagnostics effectuer par des professionnels peuvent amener à des rudes déceptions, puisque certains problèmes peuvent même avoir des risques au niveau de la structure du bien. Afin d’éviter de se retrouver dans cette situation, il vaut mieux s’entourer par des professionnels pour s’assurer de l’aspect sécuritaire du bien avant l’achat. Déléguer l’achat à un chasseur immobilier est aussi une autre assurance, afin d’éviter ce cauchemar puisqu’en plus de son travail de trouver la perle rare, un chasseur doit aussi vérifier l’aspect technique d’un bien, pour préserver son client de tous ses risques.

C’est rassurant

Avoir quelqu’un de professionnel à côté du futur acquéreur afin de l’accompagner dans sa recherche du bien idéal de A à Z, tout en évitant d’avoir des zones d’ombre, et plutôt rassurant. En effet, le futur acquéreur à toujours besoin d’un partenaire de confiance afin de l’aider à prendre la bonne décision. C’est la vraie valeur ajoutée d’un chasseur de bien, comme Homelike Home qui a plus de 15 ans d’expérience dans la protection des intérêts de son client.
À tout moment de la recherche du bien depuis la sélection jusqu’à la vérification, la validation technique et la négociation du prix, tous les services qu’apporte le dénicheur du bien doivent être parfaitement dans les intérêts de l’acquéreur.
C’est pour cette raison que la relation entre chasseur et acquéreur doit être dans la confiance totale, avec une communication parfaite, tout en ayant le conseil et l’écoute permanent.

 

Read More
Mar 1, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Les chasseurs immobiliers en France

Les chasseurs immobiliers en France

Les chasseurs immobiliers en France

 

L’anti-stresse en matière d’achat immobilier porte aujourd’hui un nom : chasseur immobilier. Vous cherchez des bureaux ou un appartement ? Des chasseurs immobiliers (également connus sous le nom de “dénicheurs d’appartements”) peuvent se mettre à votre service pour défendre vos intérêts et dénicher le bien idéal. HomeLike Home, leader de la chasse immobilière depuis 2000, vous libère de toutes ces contraintes. L’équipe est composée d’une trentaine de chargées de recherche (avec une parfaite connaissance du marché local et ses acteurs) à votre service, spécialisées par secteur géographique.
Sa cible : les acheteurs trop éloignés de leur futur lieu d’habitation ou surbookés pour mener eux-mêmes les démarches nécessaires. HomeLike Home propose un service de recherche sur-mesure. Ses services s’adressent aux professions libérales, start-up, entreprises… qui n’ont ni la ressource interne, ni le temps pour bien gérer une recherche de nouveaux locaux. Il défend et accompagne vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien idéal. Il propose aussi des services en tant que dénicheur d’appartement pour les particuliers.
Pour sa première campagne d’affichage digital, ce dénicheur d’appartement a investi les gares de Paris Saint-Lazare (5 mars 2018) et les gares de Bordeaux Saint-Jean. Alors ouvrez l’œil, le leader de la chasse immobilière (en France) embarque avec vous sur vos projets immobiliers.

Pourquoi faire appel à un chasseur immobilier ?

Contrairement aux agences immobilières (qui détiennent un mandat de vente au profit des vendeurs), les dénicheurs d’appartements opèrent seulement dans l’intérêt des acheteurs, qu’il s’agisse d’investisseurs, de professionnels ou de particuliers.
Ce changement de dynamique dans le secteur immobilier est apparu en Suisse pour se développer ensuite aux États-Unis, en France ainsi qu’au Royaume Uni. On peut dire que le métier de chasseur d’appartement est en train de se rendre indispensable. Cette activité novatrice s’est structurée en 2005 au sein de la FFCI (Fédération Française des Chasseurs immobiliers) qui a une double vocation vis-à-vis des pouvoirs publics, des professionnels, des chasseurs immobiliers et des acquéreur.
Le chasseur d’appartement est un conseiller immobilier qui prend en charge la recherche immobilière de son acquéreur (de A jusqu’à Z). Il joue donc le rôle d’intermédiaire dans les transactions immobilières. À ce titre, il remplace le client dans toutes ses démarches : de négociation du prix, de sélection, de visite, et de prospection. Le dénicheur d’appartement vous permet donc de gagner de l’argent et du temps en trouvant votre bien selon vos critères.

 

Read More
Déc 2, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur Le capital-risque, levier du développement des PME

Le capital-risque, levier du développement des PME

Le capital-risque, levier du développement des PME

Levée de fonds : qu’est-ce qu’un business angel ?

Les business angels sont des particuliers aisés qui investissent leurs fonds personnels dans un petit nombre de jeunes entreprises. Les business angels interviennent en amont que les capital-risqueurs. Ils investissent dans toutes sortes d’entreprises, et non seulement dans la haute technologie. Les business angels rentrent généralement au conseil d’administration ou de surveillance de l’entreprise financée et, à ce titre, jouent un rôle de conseil, mais aussi de censeur. Ces investisseurs se rémunèrent en cas de sortie de l’entreprise : vente ou entrée en bourse. Ils cherchent à aider d’autres entrepreneurs à réussir, mais aussi à faire fructifier leur capital investi.

Les business angels apportent généralement le capital amorçage au sens anglo-saxon du terme, c’est-à-dire le capital nécessaire pour les toutes premières étapes du développement de l’entreprise. Ces apports sont habituellement modestes et peu liquides comparés aux investissements en capital-risque.
Le nombre d’investisseurs de proximité a beaucoup augmenté en France depuis quelques années. Les business angels appartiennent principalement à trois catégories : d’anciens entrepreneurs de plus de 50 ans qui souhaitent investir leur capital et aider de jeunes créateurs d’entreprises, des entrepreneurs encore jeunes ayant revendu leur entreprise et souhaitant à nouveau s’impliquer fortement dans un projet, d’anciens cadres supérieurs de grandes entreprises ayant bénéficié de plans de stock options.

Les FIP, pour accéder au marché avec une fiscalité favorable

L’activité des business angels est en plein développement en France. L’Association France Angels fédère 70 réseaux dont 58 réseaux géographiques. Ce nombre devrait continuer à croître. Le nombre de business angels référencés par France Angels est passé de 800 à 4 900 en l’espace de six ans. Tanguy de la Fouchardière, le président de France Angels, prévoit d’atteindre le chiffre de 30 000 business angels référencés d’ici fin 2019.

On trouve diverses associations de business angels fédérées, pour la plupart, par France Angels :
– des clubs de business angels organisés sur une base essentiellement géographique, tels que Paris Business Angels, une structure associée à la Mairie de Paris qui encourage les investissements dans la région parisienne ;
– des groupements de business angels autour d’écoles d’ingénieurs, comme Centrale Business Angels, HEC Business Angels, et XMP Business Angels qui regroupe les anciens élèves de Polytechnique et de ses écoles d’application devenus business angels ;
– des regroupements thématiques, dont France Angels a suscité l’émergence, à côté des réseaux régionaux : logiciels, santé, cleantech, média, intelligence économique et aérospatial.

La société de gestion “A Plus Finance” gère depuis plus de dix ans des FIP (Fonds d’investissement de Proximité), des FCPI (Fonds commun de placement dans l’innovation) et trois fonds de fonds. Cette dernière cherche à se distinguer de ses concurrents avec des produits gérés dans le cadre d’une approche prudente. Elle est présente dans les métiers de l’immobilier, du cinéma, du financement des PME et de la multigestion. A Plus Finance est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du Capital Investissement en Europe.

Read More
Jan 30, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur Quelle différence entre un champagne de maison et un champagne de vigneron ?

Quelle différence entre un champagne de maison et un champagne de vigneron ?

Quelle différence entre un champagne de maison et un champagne de vigneron ?

Vous avez envie d’acheter une bouteille de champagne, mais soudain devant l’étale, vous trouvez une dizaine de bouteilles, mais que choisir ?

Mais quelle est la différence entre un champagne de maison de champagne et un champagne de vigneron ?

Il faut quand même savoir que dans quasiment 80 % des cas le champagne que vous achetez viennent d’une maison. On parle d’une marque de champagne, tellement le nom de la maison est connu. Tous les champagnes proposés dans les supermarchés ou en grande surface sont des marques de champagnes, il n’y aura aucune bouteille qui provient d’un champagne de vigneron.

En effet d’où la fameuse différence entre champagne de maison et champagne de vigneron. Le champagne du vigneron, tous les raisins appartenant au vigneron seront cultivés, récoltés, vinifiés et enfin commercialisé par ce dernier, en maîtrisant la production de bout en bout. C’est plus rare de trouver des champagnes vignerons, la plupart du temps, on retrouve des maisons qui achètent du raisin à des vignerons et qu’ensuite le vinifient et le commercialise. Tout est mentionné sur l’étiquette de la bouteille du champagne, comme l’a bien expliqué le propriétaire, Raphaël Michel, du négoce en vin, « RM ce qui signifie récoltant manipulant et on le trouve sur les étiquettes de bouteilles de champagne de vigneron. Alors que si vous trouvez N ou NM pour négociant et négociant manipulant, c’est plutôt pour les bouteilles de champagne maison. »

La plupart du tout il y a toujours un achat de raisins supplémentaires, c’est assez rare que le vigneron de champagne a la totalité du raisin à vinifier.

En plus pour certaines marques qui vendent 40 millions de bouteilles de champagne c’est tout à fait normal qu’il faut racheter beaucoup de raisins.

Quelle différence entre champagne et mousseux

Le champagne est effervescent, est essentiellement produit à partir de ses trois cépages, pinot noir, pinot meunier et Chardonnay. Tous les autres produits qui sont issus d’autres cépages sont appelés mousseux. Les mousseux sont souvent moins chers.

C’est bon à savoir

Que ce soit un champagne de vigneron ou un champagne de maison, en ouvrant une bouteille de champagne, le propriétaire et dirigeant du Raphaël Michel, grand négoce en vin, a observé le dégagement d’un gaz bleu. Surtout, lorsque la bouteille de champagne est débouchée à une température de 12 °C. Après deux ans de recherche, les scientifiques ont trouvé que l’origine de ce panache bleu, était produit par le dégagement de dioxyde de carbone (CO2) qui est présent dans le goulot de la bouteille.

 

 

Read More
Jan 3, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur L’élection du président Américain

L’élection du président Américain

L’élection du président Américain

 

Les pères fondateurs craignaient l’imprévisibilité, l’irrationalité, et la versatilité, des masses populaires.

Ces derniers ont opté pour la désignation du président au suffrage universel indirect (d’après une philosophie propre à leur époque).

Toutefois, dans un souci constant d’éviter toute “cabale, intrigue, ou corruption”, ils ont également écarté l’élection du président par un corps d’électeurs préexistants.

“Il ne leur restait qu’à choisir, parmi les différents modes d’élections, le moins dangereux […] le problème à résoudre était de trouver le mode d’élection qui, tout en exprimant les volontés réelles du peuple, excitat peu ses passions et le tînt le moins possible en suspens.”

Les constituants ont donc imaginé de former spécialement, à chaque élection, un corps de grands électeurs désignés pour élire le président des États-Unis.

Et, de ce corps, ils ont écarté tous ceux qui pourraient être en conflit d’intérêts, le président ne devant dépendre de personne d’autre que du peuple lui-même.

Il aura tout de même fallu 60 tours de scrutin pour que la convention constituante trouve un accord sur le procédé de désignation du président.

“La campagne électorale est aujourd’hui, un préalable incontournable à l’élection des grands électeurs, au suffrage universel direct, qui à leur désignent le “ticket” (président et vice-président) gagnant”, Audrey Crespo-Mara, la talentueuse journaliste de LCI.

  L’élection des grands électeurs :

Les grands électeurs sont aujourd’hui élu au suffrage universel direct.

Le scrutin, qui a lieu en novembre, est précédé d’une période de campagne électorale que définit la loi fédérale.

 

  La période de la campagne électorale :

La campagne électorale s’ouvre officiellement le jour de la fête du travail (Labor Day), c’est-à-dire, le premier lundi de septembre, et s’achève le jour de l’élection générale (Election Day), qui est depuis 1845, début novembre.

Durant cette période, les candidats vont tenter de se positionner face à leurs adversaires, tandis que les Partis déposent leurs listes de candidats aux fonctions de grands électeurs et que les équipes de campagne prennent en compte les caractéristiques de l’électorat américain.

Le vote populaire :

“Les six premiers présidents américains ont été élus par des caucus congressionnels.

L’évolution majeure se fera avec l’émergence de structures partisanes, que n’avaient pas envisagés les Pères fondateurs, à compter du tournant du siècle, et notamment avec l’élection controversée de 1800.

Aussi, dans un deuxième temps, les assemblées des États (les législateurs) se sont-elles vu confier le rôle d’élire des grands électeurs qui, à leur tour, désignaient le président.

Enfin, à compter de 1864, tous les grands électeurs sont élus au suffrage universel direct, et c’est ce que désigne l’expression “popular vote”.

L’électorat américain, élit donc ses grands électeurs au cours d’un scrutin, dont les modalités restent encore aujourd’hui très particulières”, article de la journaliste française, Audrey Crespo-Mara.

 

  La nature de l’électorat :

Le droit de vote a été élargi considérablement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avec la suppression de la Poll Tax, des conditions de résidence sévères et des examens de compréhension de l’anglais (Literacy tests).

En 1971, le 26e amendement a abaissé le droit de vote à 18 ans.

Pour autant, le taux d’abstention, assez élevé, pousse les équipes de campagne à monter de véritables stratégies électorales pour inciter à voter.

 

 

 

Read More
Déc 12, 2017

Posted by | Commentaires fermés sur La nouvelle tendance New-yorkaise, du vin et du miel sur les toits

La nouvelle tendance New-yorkaise, du vin et du miel sur les toits

La nouvelle tendance New-yorkaise, du vin et du miel sur les toits

Non, non, on va plus chercher du miel ou du bon vin à la compagne, mais tout prés de chez nous ou pourquoi pas sur les toits de notre immeuble. C’est la nouvelle tendance en plein cœur de New-York où on s’oriente de plus en plus à la production locale.

Avec des espaces pour jardiner, qui ne sont pas nombreuse à Manhattan, les new-yorkais ont décidé de valoriser les toits des grattes ciel pour jardiner.

 

La création de marché de produits locaux en plein cœur de New-York

Des betteraves, du céleri et des carottes, le tout planter sur les plus beaux toits de New-York. Le marché des produits locaux, étonnant, mais attirant de plus en plus de monde, même-ci les prix sont plus élevés qu’en grande surface.

Comme a mentionné le propriétaire du négoce du Raphaël Michel, le prix emporte peu pour ce type de consommateurs, ce qui emporte pour les new-yorkais, c’est la fraîcheur de la marchandise.

On retrouve de tout, des salades, du poivrons, et même du maïs, mais les deux produits phares du marché, c’est le miel et le vin.

Du miel produit dans la ville, comme les abeilles d’Andrew qui sont élevées sur le toit d’une église en plein centre de New-York. En effet, l’installation des ruches sur les toits de la ville a été légalisée en 2011, et depuis la pratique est devenue très populaire. Même les hôtels de luxe se sont mis à l’apiculture, comme le Waldorf et le Hilton.

À New-York produire et consommer, des produits locaux sur les toits des immeubles, c’est la grande tendance. Face à la demande de produits frais qui ne cesse d’augmenter, ce mouvement est en marche.

Danielle Manley, chercheuse au centre de recherche des systèmes climatiques à l’université de Columbia, a précisé qu’à New-York, il y a une réelle demande des citoyens pour connaître l’origine de chaque aliment, avec une tendance à consommer de plus en plus des produits locaux. Les gens sont devenus plus conscients sur l’impact de la qualité des aliments sur leur santé.

Du vin new-yorkais

Depuis 2013, un jeune new-yorkais a décidé de planter des vignes afin de produire son propre vin. Devin Shomaker, a eu l’ingénieuse idée de mettre en route ce petit projet, d’abord pour apporter une nouvelle tendance à l’agriculture locale, en ramenant les vignes et la viticulture sur les toits de New-York. « Mais encore pour éviter à plusieurs citadins d’aller très loin, pour chercher leur bouteille de vin. Ils n’ont qu’à sauter dans le métro et venir déguster du bon vin sur mon toit. »

Cette idée, lui est venue grâce aux conseils de son ami français, Guillaume Ryckwaert qui est lui aussi dans le domaine du vin et propriétaire du négoce en vin, le Raphaël Michel.

Le seul problème que pourront faire face ces producteurs, c’est la pollution. Les new-yorkais en sont conscients, c’est l’une des raisons qui les pousse à planter sur les toits, en effet en améliorant la qualité de l’air, ils pourront améliorer encore plus la qualité de leurs produits.

Read More