Juin 28, 2019

Posted by in Finance | Commentaires fermés sur Investir dans les SOFICA

Investir dans les SOFICA

Investir dans les SOFICA

Une réduction d’impôt attractive

En investissant dans une SOFICA – société de coproduction de films -, le souscripteur peut bénéficier d’un avantage fiscal très attrayant. Mais le rendement reste assez faible.
Les particuliers qui investissent en numéraire – liquide – dans une société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel agréée bénéficient d’une minoration d’impôt sur le revenu (IR) égale à 46 % des souscriptions versées au cours de l’année d’imposition. Néanmoins, l’assiette de l’avantage fiscal est plafonnée à 23 millions d’euros et à 32 % du RNG.
Cette minoration d’impôt peut être porté à 58 % ou à 62 % quand notamment la SOFICA s’engage à réaliser 12 % – minimum – de ses financements directement dans le capital d’entreprises de production avant le 3 janvier de l’année suivant celle de la souscription.
Pour rappel : pour bénéficier de cette réduction d’impôt sur le revenu, il est nécessaire de conserver ses parts pendant huit ans au moins. Ce délai n’a pas été choisi au hasard vu qu’il correspond au cycle moyen d’exploitation et de production d’une œuvre cinématographique.

Des rendements très limités ?

Les performances des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel sont généralement variables. En pratique, en intégrant l’avantage fiscal de 12 500 euros (taux de 32 %), la performance moyenne constatée par certains bilans oscille entre 3. 6 % et 6. 2 %. Les sociétés de coproduction de films restituent aux souscripteurs – qu’ils soient professionnels ou particuliers – entre 85 % et 92 % du capital collecté au bout de huit ans. C’est qui est loin d’être le cas le plus courant !
Selon une récente étude, 55 % des SOFICA remboursent en dessous de 80 %. Ainsi, les espoirs de gains – même en cas de succès commercial du film financé – ne seront pas au rendez-vous étant donné que son financement n’aura représenté qu’un pourcentage limité (2. 6 %) de l’investissement global.
Ce genre de placement est à envisager pour réduire son IR – impôt sur le revenu – et surtout pour diversifier son patrimoine. Néanmoins, l’investisseur doit être conscient que ces fameuses sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel présentent quelques inconvénients. D’une part, la période pour récupérer ses parts peut être très longue. La plupart du temps, une société de coproductions de films procède à sa liquidation et à la restitution des montants investis aux souscripteurs à partir de la huitième année d’existence. D’autre part, il n’existe pas de marché secondaire qui permet de revendre ou racheter ses parts.

La liste des SOFICA agréées en 2018 pour les investissements de 2019

Le Centre National du Cinéma et de l’Image animée (CNC) dévoile, chaque année, la liste des SOFICA agréées par l’État pour collecter des fonds. Cette liste contient généralement une vingtaine de noms. Ces SOFICA pourront investir cette année une enveloppe de 130 300 euros dans le cinéma et l’audiovisuel. Une collecte qui pourra être réalisée auprès des investisseurs privés jusqu’au 23 décembre 2019. La SOFICA d’A Plus Finance est parmi les vingt-cinq agréées en 2019. L’enveloppe globale de plus de 130 300 euros est à collecter avant le 2 janvier de l’année prochaine, a annoncé le CNC. A Plus Image 7, SOFICA d’A Plus Finance participe à hauteur de 20 500 euros.

Comments are closed.