Fév 5, 2020

Posted by in La une de l'actualité | Commentaires fermés sur Les élections municipales : un duel assez musclé s’annonce au niveau de Villefranche-sur-Mer

Les élections municipales : un duel assez musclé s’annonce au niveau de Villefranche-sur-Mer

Les élections municipales : un duel assez musclé s’annonce au niveau de Villefranche-sur-Mer

Après l’annonce de la candidature aux élections municipales, du leader de l’opposition, Jean-Pierre Mangiapan, la commune de Villefranche sur Mer se prépare à un duel de boxe musclé entre les deux hommes de droite, Jean-Pierre Mangiapan et le maire actuel Christophe Trojani.

Le duel entre les deux hommes de droite

Selon Jean-Pierre Mangiapan, il n’existe pas de différence idéologique entre la majorité en 2014 et lui. Toutefois, il y a entre les deux hommes, un certain climat de haine qui s’est amplifier durant ces 6 dernières années. En décrivant, le climat politique existant au niveau de la ville, Mangiapan assure que cette campagne serait assez musclée. En effet, tout le monde dans la commune s’attend à un match retour de 2014. Au cours de la dernière élection, c’est Chritophe Trojani qui a finalement passé au second tour avec plus de 54 % des voix. Et cette année, qui serait l’heureux maire de Villefranche-sur-Mer ?

Comment bien orchestrer la campagne ?

Il est important que Christophe Trojani, qui a obtenu l’investiture des Républicains, orchestre comme il le faut sa campagne. En effet, le maire sortant, a promis et a pu lancer plusieurs chantiers assez ambitieux. Des projets qui ont séduit plus qu’un au niveau de la commune de Villefranche-sur-Mer. Néanmoins, seulement le projet de la rénovation du centre de la commune a pu aboutir, alors que les autres ont eu tendance à s’embourber. Comme c’est le cas du centre de thalassothérapie et les centaines d’offres d’emplois qui devraient être créées. Il est important de rappeler qu’une grande partie de la campagne de Christophe Trojani de 2014, reposait sur ce magnifique projet. Ce dernier est censé aboutir en 2018, il est portant toujours bloqué.
En outre, la création des deux zones de mouillage et d’équipements légers qui permettront de réguler la rade, est aussi au point mort. D’après le maire sortant, c’est à cause de la bureaucratie française qui n’arrête pas de recaler le projet.
Par conséquent, son opposant serait-il plus convainquant en 2020 ? Surtout qui il a été premier adjoint du maire Gérard Grosgogeat.

Comments are closed.