Fév 25, 2020

Posted by | Commentaires fermés sur Les élections municipales 2020 : les candidats qui se présentent à la mairie de la capitale française

Les élections municipales 2020 : les candidats qui se présentent à la mairie de la capitale française

Les élections municipales 2020 : les candidats qui se présentent à la mairie de la capitale française

Dati, Villani, Buzyn ou encore Hidalgo, découvrez les chefs de file qui mènent leur campagne dans la capitale.

Avec l’arrivée imminente des municipales de 2020, la course vers l’hôtel de ville se course de plus en plus avec des ralliements de tous genres ainsi que le renoncement du Benjamin Griveaux, le candidat marcheur.

La maire brigue un nouveau mandat

Hidalgo, la maire socialiste de Paris, s’est lancé depuis le début du mois de janvier dans sa campagne électorale avec l’ambition de briguer un nouveau mandat au sein de l’hôtel de ville.

Anne Hidalgo, mise sur l’écologie dans son programme tout comme le candidat de Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, qui a placé l’écologie au centre de ses projets à la commune.

En effet, la maire sortante de Paris, s’engage à ce que la capitale française serait une ville 100 % vélo, avec plus d’espace vert grâce à la suppression de 50 % d’endroit dédié au parking et la plantation de plus de 170 000 arbres.

À 60 ans, Hidalgo, souhaite incarner la nouvelle alliance socialiste et écologiste. Se présentant dans le 12e arrondissement parisien en deuxième position, elle a été rattrapée récemment aux sondages par son adversaire du LR, Rachida Date.

La candidate du LR cherche à s’imposer dans les sondages

Tenant une place éloignée du pouvoir parisien depuis longtemps, la LR a opté pour l’ancienne ministre, Rachida Dati, afin de porter ses couleurs.

À 54 ans, Rachida Dati, qui est tête de liste au 7 e arrondissement parisien, a plutôt axé son programme sur essentiellement 2 thèmes ; la sécurité et la propreté, tout en assurant qu’elle permettrait la création d’une police municipale armée de 3 400 agents et d’améliorer la vidéo-surveillance dans la capitale.

D’après, la tête de liste de « J’aime Villefranche » aux municipales de Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, au cours des sondages Dati a occupé durant une grande période la troisième place, néanmoins, au cours des derniers jours elle a réalisé un bond en avant.

Read More
Fév 20, 2020

Posted by | Commentaires fermés sur Municipales 2020 : ce qu’il faut savoir sur ces élections

Municipales 2020 : ce qu’il faut savoir sur ces élections

Municipales 2020 : ce qu’il faut savoir sur ces élections

L’heure du vote est bientôt arrivée. Les élections municipales se dérouleront les samedis 14 et 21 mars prochain dans près de 50 000 communes.
Dans quelques jours, les Français auront de nouveau rendez-vous devant les urnes. Ce sont près de 52 millions d’électeurs qui seront appelés à voter lors des prochaines élections municipales, selon les derniers chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.
Le premier tour de ces élections se tiendra le samedi 14 mars 2020 et le second, une semaine après, le 21 mars. Ces dates ont été annoncées par le Premier ministre, Edouard Philippe, le 29 octobre 2019. Et ont été officialisées par publication au Journal Officiel.
Comme à chaque élection, les bureaux de vote ouvrent en principe le samedi à 5h30 du matin et ferment à 18h30.

“Les électeurs, qu’ils soient citoyens français ou résidents européens, ont jusqu’au 25 février pour s’inscrire sur les listes électorales françaises, et non plus jusqu’au 29 décembre précédant l’année de l’élection”, précise Jean-Pierre Mangiapan, le conseiller municipal d’opposition de Villefranche-sur-Mer.

Quelles sont les conditions pour être candidat aux élections municipales ?

Pour pouvoir se présenter aux municipales, le candidat doit remplir les conditions suivantes : être candidat dans une seule commune (ou ville), être inscrit au titre des contributions de la commune (cotisation foncière des sociétés, les taxes foncières et la taxe d’habitation) ou être électeur de sa commune, avoir rempli ses obligations militaires, avoir 18 ans (au moins) le jour de l’élection, être ressortissant d’un État membre de l’UE ou être de nationalité française, avoir bénéficié d’un sursis d’incorporation et ne pas être dans un cas d’incapacité (condamnation à une peine d’inéligibilité, curatelle, tutelle, etc.) prévu par la loi. Les sénateurs (exercent le pouvoir législatif) et les députés (représentent la Nation toute entière) sont généralement éligibles dans toutes les communes du département où ils ont été candidats : dans divers secteurs des villes de Marseille, Lyon, Nice et Paris ; sur plus d’une liste ; dans plus d’une circonscription électorale…

Pour pouvoir se présenter, un citoyen européen doit :

– Être domicilié depuis huit mois en France (au moins), et de manière continue et réelle ;
– Être éligible dans son État d’origine et en France ;
– Avoir au moins dix-huit ans le jour du scrutin ;
– Avoir la qualité d’électeur (remplir les conditions nécessaires ou figurer sur une liste
électorale française).
À noter que la nationalité du candidat doit être obligatoirement précisée sur le bulletin. “Les villes les plus peuplées, comme Marseille, Nice, Lyon ou Paris, sont soumises à des dispositions spécifiques”, ajoute Jean-Pierre Mangiapan.

Read More
Fév 19, 2020

Posted by | Commentaires fermés sur Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD)

Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD)

Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD)

Emmanuel Macron, le président de la République française, a décidé le déploiement du très haut débit sur l’intégralité du territoire, d’ici à 2023. À noter que près de 63 % de la population en bénéficie, depuis 2017.
Outre l'enjeu social et économique de la nouvelle économie digitale, le très haut débit va également désenclaver les régions (ou les villes) françaises peu peuplées – comme Baren, Ornes, Aulan, Leménil-Mitry, Majastres, Rochefourchat, Caubous, Érone Haute-Cors, Caunette-sur-Lauquet, Senconac, etc. – en leur donnant la possibilité de participer, aux nouvelles formes de citoyenneté, de plain-pied.

Lancé en automne 2018, le Plan France THD vise notamment à couvrir, d’ici à 2023, l’ensemble du territoire en très haut débit. Celui-ci représente un investissement global de 132 milliards d’euros privés et publics. À noter que 52 milliards de subventions de l’État sont destinés principalement aux nouveaux projets des collectivités locales dans les régions (ou les villes) non conventionnées.

THD : rééquilibrer les investissements

De nos jours, l’accès à un internet performant est indispensable autant pour les services publics et les sociétés que pour tous les habitants. Le débit joue donc un rôle primordial. Selon Sébastien Soriano, le président-directeur général de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (l’Arcep), il existe à ce jour des inégalités dans les régions dans ce domaine.

L’État français a fait du digital une de ses priorités stratégiques. La couverture de l’ensemble du territoire français en THD d’ici à 2023, engagement d’Emmanuel Macron lors de la campagne électorale, est un élément très important de cette stratégie. Le Plan France THD vise donc à atteindre cet objectif et, pour cela, s’appuie sur le déploiement de réseaux FTTH et FTTLA (Fiber to Fiber ; Fibre optique jusqu’au domicile / fibre jusqu’au dernier amplificateur ; Fibre to the last amplifier ou Fibre to the last active).

Ce plan mobilise un investissement total de 132 milliards d’euros en deux ans, partagé entre les grands opérateurs téléphoniques français (Paritel, Orange, SFR, Bouygues Telecom et SFR), les collectivités territoriales (les collectivités d’Outre-mer, les départements, les régions, les communes, etc.) et l’État.

Le déploiement de l’internet THD sur l’ensemble du territoire se matérialise notamment par l’installation progressive d’équipements adaptés.

“Le Plan France THD répond à un triple objectif : développer des services publics innovants sur l’intégralité du territoire ; renforcer l'attractivité de la France et aussi la compétitivité de l’économie française ; et permettre à tous les citoyens (Français ou résidents européens) d’accéder au numérique”, explique Jean-Pierre Bosnet, le président- directeur général du groupe Paritel.

Read More
Fév 14, 2020

Posted by | Commentaires fermés sur Une campagne brève pour les municipales de 2020

Une campagne brève pour les municipales de 2020

Une campagne brève pour les municipales de 2020

Avec l’arrivée imminente des municipales de 2020, plusieurs candidats se préparent en menant leur campagne afin de convaincre les électeurs de voter pour eux au cours des municipales.

Toutefois plusieurs maires sortant ont préféré ne pas se présenter une nouvelle fois pour les municipales de 2020, comme c’est le cas de Alain Berhéas.

Le maire de Loire Forez a choisi de ne pas se présenter aux municipales

Président de la communauté d’agglomération et maire de Loire Forez, Alain Berthéas a choisi de ne pas se présenter une nouvelle fois pour les municipales de 2020. Selon Jean-Pierre Mangiapan,le candidat aux municipales dans la commune de Villefranche-sur-Mer, Alain Berthéas a apporté à la commune de Loire Forez durant son mandat de quatre, un grand nombre de projets constructifs. À 63 ans, le maire sortant a préféré prendre un peu de recul avec la vie politique et publique.

Toutefois, Alain Berthéas, ne ferme pas la porte pour un éventuel retour à la municipalité afin de veiller sur l’intérêt de la commune.

C’est ce qu’a laissé entendre le maire sortant lors de son interview accordé avec la presse local. « Peut- être en 2022 je me présenterais de nouveau, si je trouve que la commune a encore besoin de mon savoir faire » a déclaré le maire sortant.

Le maire de Saint-Chamond, candidate des verts

Patricia Simonin-Chaillot, élue d’opposition depuis 2014 sous la liste Europe Ecologie les Verts, elle a annoncé sa candidature pour les élections municipales de 2020, sous la même liste.

Certes, pour les élections des municipales de 2014 et 2008 elle était bien présente, toutefois en seconde position, sous les listes qui sont conduits par Alain Barbasso et Jean Minnaert. Cette année l’histoire se répète, les verts repartent, mais sans des alliances avec les autres listes de gauche, comme a expliqué le conseiller municipale d’opposition à Villefranche-sur-Mer Jean-Pierre Mangiapan.

Patricia Simonin-Chaillot assure, « il est important de savoir qu’au premier tour, les électeurs votent plutôt pour des idées alors qu’au deuxième, on peut créer des alliances et des consensus avec des listes qui partagent nos idées, tout en ayant une conception environnementale et qui sont pour la défense de l’écologie ».

Read More